REGION

tresques
un peu d’histoire en quelques lignes sur ce village typique.

Les rochers et l’eau ont souvent favorisé l’implantation des villages depuis la préhistoire. C’est le cas de celui-ci, accroché à la roche et bordé par deux ruisseaux : Veyre et Peypin et par une petite rivière, la Tave. L’homme du Néolithique (il y a 5000 ans) a profité de ce site particulier, de la grotte de Pujols, de l’hypogée d’Estang et des habitats de plein air d’Esquirades (dernier Néolithique et âge du Bronze ancien). D’autres sites autour du village témoignent d’une activité importante depuis l’âge du fer : La Roquette et les berges de l’Etang.

Des tribus gauloises (les Arégoniens) s’installent sur le plateau de Lacau. La période gallo-romaine présente d’importants vestiges : villas, bassins, nécropoles, dans les quartiers de La Roquette, Bouyas, Courac, Blagnas, Gres, Saint Loup, Canèque, etc.

Des voies romaines se croisent à Tresques, de la mer aux Cévennes, de Nîmes à Lyon (voie romaine de Lyon) où les traces du passage des chars sont encore visibles, ainsi que le belvédère sur la Tave.

Quatre chapelles du 5ème ou 7ème siècle, du 11ème et du 14ème siècle sont classées sur la commune. L’église du XIe siècle se dresse sur le rocher au sommet du village.

Le château, la tour de guet et les premières maisons ont été construits autour du rocher au 12e siècle. Une première ceinture de remparts a été construite au XIe siècle, une seconde au XIIIe siècle, que l’on peut encore voir au Barry.

Les rues étroites et sinueuses, les façades en vieilles pierres, les ouvertures en forme de meurtrières, les arcs en contreforts témoignent du caractère ancien de ce village.

Source : Tresques : Le patrimoine d’un village du Gard (Céline Missonier). De nombreux ouvrages racontent l’histoire de ce village, dont certains sont en vente à la mairie.

Tresques avec la Tour de Guet